Chauffage au bois

Une réalité à Gatineau

Vous êtes nombreux à utiliser le chauffage au bois : on retrouve plus de 30 000 foyers intégrés dans le parc immobilier gatinois!

C'est bien connu, le chauffage au bois est très apprécié pour son caractère chaleureux et convivial. Bien que ce mode de chauffage présente plusieurs attraits, Gatineau vous rappelle les risques et les impacts qu'il peut avoir sur notre environnement et notre santé.

Les risques immédiats

Le chauffage au bois implique deux types de risques immédiats :

  • Intoxication au monoxyde de carbone;
  • Incendie.

Voir le règlement municipal sur l'utilisation d'un foyer intérieur.

Impacts sur l'environnement et la santé

Selon Environnement Canada, un poêle à bois non certifié émet autant de particules fines dans l'atmosphère en neuf heures que :

  • Un poêle certifié fonctionnant 60 heures;
  • Une automobile de type intermédiaire parcourant 18 000 km.

La combustion du bois libère dans l'air une centaine de substances toxiques :

  • Particules fines;
  • Monoxyde de carbone;
  • Hydrocarbures aromatiques polycycliques, composés organiques volatils et autres produits irritants.

Au Québec, le chauffage résidentiel au bois est responsable de près de la moitié des émissions de particules fines (44,1 %) provenant des activités humaines.

Un poêle neuf certifié peut émettre jusqu'à 90 % moins de particules qu'un poêle « conventionnel ».

Selon Environnement Canada, la réduction de la pollution atmosphérique aurait une influence très positive sur le bien-être des Canadiens :

  • La baisse du nombre de cas de maladie et de décès;
  • L'amélioration de la productivité de l'industrie canadienne;
  • La réduction des coûts du système de santé.

Les contaminants émis par la combustion du bois peuvent avoir des effets nocifs sur la santé, surtout chez les enfants très jeunes et les personnes âgées qui souffrent de problèmes respiratoires et cardiaques.

Les bonnes pratiques

  • Éviter le chauffage au bois comme mode de chauffage principal. Les autres modes de chauffage tels que l'électricité et le gaz sont moins polluants.
  • Limiter l'utilisation des foyers et des poêles à bois, tout particulièrement les journées où il y a du smog, pour diminuer la quantité de contaminants émis dans l'air intérieur et extérieur.
  • Afin d'éviter l'émission de contaminants très nocifs, ne pas brûler de déchets domestiques tels que les plastiques, le bois traité ou le bois peinturé.
  • Selon la disponibilité des ressources, utiliser un bois dur qui a séché au moins six mois, comme le chêne, l'érable ou le bouleau, plutôt qu'un bois mou comme le sapin, le pin ou l'épinette.        
  • Si vous songez à acheter un poêle ou un foyer :
    • Vous assurer que l'appareil correspond à vos besoins réels et éviter d'acheter un appareil d'une trop grande capacité de chauffage.
    • Privilégier un poêle ou un foyer électrique. Certains modèles peuvent être installés à même les appareils existants.       

Programme d'efficacité énergétique

Si vous songez à vous départir de votre appareil de chauffage au bois, plusieurs programmes d'aide financière pourraient vous aider à réaliser vos travaux de rénovation et ainsi diminuer votre consommation d'énergie. Vous les retrouverez sur ce site : Programmes et aides financières

Pour en savoir davantage

Haut de la page